Les Contrôles de la CAF et de Pôle Emploi s’intensifient

Classé dans : Luttes en (F)rance | 0

Article repris du site “Exploités énervés” d’Alès (https://exploitesenerves.noblogs.org/). Contact : exploitesenerves(a)riseup.net.

 

Les Contrôles de la CAF et de Pôle Emploi s’intensifient

 

Depuis le début de l’année 2017, nous avons constaté une recrudescence des contrôles opérés par les services de la CAF. Ces contrôles souvent par courrier et parfois domiciliaires visent particulièrement les personnes soupçonnées d’être en couple, les parents isolés, les personnes en colocation… La CAF intensifie ainsi la chasse aux pauvres dans le but de faire des économies sur le dos de ceux-ci, de les pointer du doigt… A l’heure des paradises papers, on ne peut qu’être révolté de cet acharnement contre des personnes vivant au RSA avec moins de 500 euros par mois. Rappelons que le montant du RSA est de 480 euros pour une personne seule (et non 550 comme on le lit un peu partout. Cette somme est attribuée lorsque l’on n’a pas de domicile fixe), de 687 euros pour une personne avec un enfant et de 819 euros pour un couple avec un enfant (soit 273 par personnes pour vivre !). Que des politiciens, des responsables des administrations et des syndicats patronaux crient à la fraude est logique dans leur volonté de stigmatiser les plus pauvres et de baisser les budgets mais c’est totalement dégueulasse ! Comment parvient-on à vivre avec de telles sommes ? On se débrouille et si parfois on gratte un peu de sous et bien tant mieux, il faut bien survivre. Les attaques en règle contre les RSAstes et maintenant les chômeurs sont récurrentes. La future réforme de l’assurance chômage de Macron ira certainement aussi vers des baisses d’indemnités chômage, des contrôles accrus, des conditions plus difficiles à remplir.

Ce processus a déjà commencé puisque le service de contrôle de Pôle Emploi compte 200 agents et Macron veut multiplier ces effectifs par 5. Cela se concrétise par plus de contrôles et des obligations de plus en plus importantes. Nous avons aussi constaté une multiplication des contrôles de recherche d’emploi par le Pôle Emploi. Il faut alors justifier du nombre de coups de téléphone qu’on a donné à des entreprises, du nombre de CV et de lettres de motivation qu’on a envoyé, du nombre d’entretiens d’embauche qu’on a obtenu, des formations inutiles qu’on a fait… Comme si le problème était dans la façon et l’intensité de la recherche d’emplois dans une société en crise économique où le chômage bat des records ! Le problème, ce ne sont pas les fraudeurs ou le manque de motivation, ce sont les licenciements, les fermetures d’entreprises, les profits des capitalistes, la crise de leur système… Pôle Emploi nous dirige de plus en plus vers des formations ou des dispositifs qui lui permet de faire diminuer artificiellement les chiffres du chômage et nous impose un contrôle accru sur nos vies. Le dispositif Activ’Emploi qui est un service externe de Pôle Emploi, c’est-à-dire une entreprise privée. Ce dispositif met en place une plateforme internet qui tout en nous proposant des offres d’emplois déjà visibles sur le site de Pôle Emploi, en offrant des formations de base (rédaction de CV…), nous flique surtout en permanence sur nos ordinateurs personnels. Le temps que l’on passe sur son ordinateur, les démarches engagées auprès de potentiels employeurs… sont comptabilisés. En fonction de ce temps, des démarches faites, on « gagne » un certain nombre de points qui, comme dans un jeux vidéo, font avancer une barre de progression… jusqu’à remplir le contrat. C’est totalement ridicule mais ça nous bouffe la vie et ne sert absolument à rien. Plusieurs personnes se sont bien rendues compte de cela et ont refusé soit lors du rendez-vous de présentation soit lors d’un entretien avec son conseiller. Il semble que dans plusieurs cas, ces personnes se sont pris un contrôle de Pôle Emploi (ou même de la CAF) à la suite d’un tel refus. Y aurait-il un lien ? La direction de Pôle Emploi n’apprécierait-elle pas que l’on refuse ses dispositifs bidons. Dans tous les cas, il est tout à fait possible de refuser ces formations et dispositifs tant que nous n’avons rien signé. Si nous ne nous sommes pas engagés dans le PPAE (Plan Personnalisé d’Accès à l’Emploi) à suivre un tel dispositif, rien ne nous oblige à le faire. Pôle Emploi ne peut dès lors pas couper les indemnités chômage pour cette raison. Voir Recours-radiation : sujet sur activ’emploi.

Ainsi refusons le contrôle de nos vies par la CAF ou Pôle Emploi

Ne restons pas seul lors d’un contrôle domiciliaire

Organisons-nous contre les baisses de revenus orchestrées par l’Etat

Faites tourner l’info…