La police mutile

Classé dans : Non classé | 0

Depuis 10 jours, une partie ( trop faible) de la population s’insurge contre la police. L’agression et le viol dont Théo a été victime à Aunay sous bois a été l’élément déclencheur de cette colère. Dans certaines banlieues d’île de france ( Bobigny / Clichy sous bois / Etampes…) des voitures, des magasins, ont brulés et des affrontements avec la police ont suivis.

Celle-ci agit sans fard, et assume quasi ouvertement son caractère xénophobe. La justice dans ce cadre est loin de manquer à son rôle, contrairement à ce que scandent les slogans “Police partout Justice nulle part”. La justice supplée la police en entaule à tour de bras sans d’autres preuves que la parole policière.

 

Pour preuve, ces quelques récits d’audiences des derniers jours

  • 22h : Deux habitants d’Aulnay ont été déférés pour avoir tiré au mortier sur les flics depuis leur voiture lors d’affrontements à la cité des 3000. Une troisième, inconnue des deux premiers, a été accusée de leur avoir vendu des “grenades” via internet. C’était en fait des fumigènes pour un club de supporters. Passons sur ce cas qui s’achève heureusement sur une relaxe mais qui montre bien l’esprit paranoïaque des flics et des magistrats.
    Les deux premiers inculpés rentraient simplement d’un mariage et ont essayé d’intervenir auprès des jeunes qui se fightaient avec les keufs. Leur voiture s’est fait repérer par des gendarmes mobiles (GM) dont un pense voir un mortier en sortir. Ils diffusent leur plaque d’immatriculation avec une erreur de lettre qui montre bien le caractère peu clair de la situation. Une équipe de flics repère quand même la voiture un peu plus loin et les arrête sur ce motif. Aucune preuve supplémentaire au témoignage de ce GM ne sera apportée au procès mis à part une vidéo qui spécifie justement “qu’elle ne permet pas de dire que des mortiers ont été jetés de la voiture”… La juge tente de “confondre” les accusés, mais leur version est bien la même et concordante : ils étaient là parce qu’ils y habitent et qu’ils voulaient calmer les jeunes.
    Le procureur les charge et réclame 9 mois de prison dont 6 assortis sursis. “Je suis l’avocat des travailleurs” lâche-t-elle notamment dans une plaidoirie très politique et qui appelle à faire des exemples.
    Les défenseurs demandent la relaxe pour manque évident de preuve et demandent au juge de ne pas céder à la pression médiatique et politique mais d’appliquer le droit.
    Ils écoperont chacun de 6 mois de prison fermes sans mandat de dépôt.
  • 21h : Deux personnes inculpées d’outrages pour l’une et d’outrages et rebellions pour l’autre par la BAC de Gagny (93) ont été condamnés à 1500€ et 2000€ d’amendes avec sursis. Les flics qui se sont portés partie civile réclamaient 300€ par tête pour préjudice (sérieux, oui oui !) et ont quand même obtenus 100€ chacun et le remboursement des frais de justice. L’avocate commise d’office a tout de même sûrement contribué au sursis de la peine en rappelant que la violence est bien souvent à l’origine celle de la police, spécialement en ce moment de lâchage dans les quartiers, que de nombreuses vidéos et témoignages montrent les flics en train d’insulter et de menacer des bandes de jeunes et que le physique des deux détenus permet de douter de la capacité d’un véritable préjudice physique face à des baceux équipés et en nombre.
  • 19h : Les deux premières personnes jugées cet après-midi ont refusé la comparution immédiate et sont ressorties avec un contrôle judiciaire vénère en attente de leur procès.
    En attendant, ils n’ont pas le droit de sortir en semaine en dehors de leurs heures de cours (étant tout juste majeurs et encore lycéens) et pas du tout le week-end sans être accompagnés par un membre de leur famille. Au prononcé du verdict et à l’annonce de la date du procès pas avant septembre, la juge comprend que le contrôle judiciaire va se poursuivre durant l’été et que les conditions horaires n’ont donc pas de sens. Elle s’en amuse et leur souhaite “un été studieux en famille” et que ce délai leur permettra de “présenter à l’audience tous les justificatifs de ce qu’ils auront fait de bien d’ici là”. Plus paternaliste et infantilisant, c’est difficile !

Pour apporter un soutien financier aux familles vous pouvez suivre ce lien

https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-inculpes-du-93-et-leurs-familles

 

 

 

Dans différentes villes de france des manifestations de soutiens se sont tenus et au moins en banlieue de Nantes le week-end dernier, des embrasements se sont tenus.

 

voici un récit de la manif de caen de samedi dernier

 

Samei 11, à 17h se sont regroupés une centaine de personnes contre les violences policières.

étonnement aucune présence policière n’est visible, même si une camionnette de section d’intervention était postée place bouchard quelques minutes auparevent.

deux banderolles se déploient et le cortège s’élance. Dynamique et bruyant ” tout le monde déteste la police” ” police milice du capital” “flic violeur assassin” “zyed Bouna on oublie pas on pardonne pas” …

la manif est rejointe en cours de route par plusieurs personnes au visage ravi par les slogans et le ton de la manif.

un arrêt bref de la circulation place fontete et un retour en centre ville.

Le cortège passe devant le centre paul doumer ( centre commercial avec fnac et magasin de fringues…) qui est ouvert. entre? entre pas? il entre pour un bref passage car tout le cortège ne suit pas.

s’en suit un blocage ephémère de la place saint pierre, axe des bus du centre, noeud de circulation.

le cortège à nettement diminué et l’odeur de RG talkies grésillant rempli nos narines et nos yeux. il se fait gentillement prendre à parti et tout le monde repart place bouchard pour la dispersion.

Rendez-vous Samedi prochain, le 18 à 14h. place bouchard.

POLICE PARTOUT JUSTICE PARTOUT LACHEZ NOUS!!

Tag dans la rue de Caen lors de la manif de samedi