Le 19 mars, une Marche pour la Justice et la Dignité

Un par mois. C’est, en moyenne, le nombre de pères, de frères, de fils que nous perdons à cause de la brutalité des forces de l’ordre. Une brutalité qui prend plusieurs formes : des techniques de pliage qui conduisent à l’asphyxie des victimes aux coups de poings, de balles ou de Taser qui, dans les pires des cas, s’avèrent mortels.

Régulièrement depuis plus de 40 ans, les nôtres sont ainsi tués par l’État Français, aux mains de ceux que l’on appelle ironiquement les « gardiens de la paix ». Régulièrement depuis plus de 40 ans, c’est l’impunité la plus abjecte et les campagnes de criminalisation qui répondent aux mobilisations de celles et ceux qui réclament vérité et justice pour leurs morts. L’acharnement policier, judiciaire et politique contre la famille Traoré, à qui nous exprimons toute notre solidarité, en est la preuve. À chaque fois, c’est la même histoire.

La répression qui nous vise, nous familles de victimes, s’est accentuée sous le régime de l’état d’urgence. Tous les abus sont devenus possibles, avec leurs lots de conséquences tragiques. Ce n’est plus la police qui s’adapte à la loi, c’est la loi qui s’adapte à la police… Et nous sommes loin d’être les seuls à avoir été visés par le renforcement des dispositifs sécuritaires et des violences d’État. En 2015, le gouvernement a déclaré une véritable guerre intérieure : il a traqué les migrants et ceux qui les défendent, poursuivi la traditionnelle répression des « Noirs », des « Arabes », des « Rroms » et plus généralement des quartiers populaires, ciblé les « Musulmans » notamment via des perquisitions, des assignations à résidence et des fermetures de mosquées totalement arbitraires…À cela s’ajoute la guerre sociale qu’ont menée Valls et consors, notamment dans le cadre de la mobilisation contre la loi travail. Face aux résistances des quartiers populaires et du mouvement social, on a vu les violences se déchaîner en touchant des catégories jusqu’ici protégées.

Les attentas terribles que nous avons connus en 2015 et en 2016 sont venus renforcer l’arsenal sécuritaire alors qu’ils sont la conséquence directe de la politique guerrière que la France et ses alliés mènent à l’étranger. L’État Français, qui pèse toujours de tout son poids sur les peuples qu’il domine comme en Afrique, prolonge cette politique au Proche-Orient tout comme il entérine l’occupation de la Palestine. Sa « lutte contre le terrorisme » ressemble surtout à une agression permanente contre des peuples innocents. C’est, entre autres, ce qui nourrit la crise humanitaire des réfugiés, traités cyniquement comme une menace potentiellement « terroriste ». C’est le serpent qui se mord la queue : le climat de guerre intérieure permet de justifier le contrôle toujours plus brutal de la population et délivre un permis de violence aux forces de l’ordre qui répriment toutes les gueules qui ne lui reviennent pas et tous ceux qui, des familles de victimes aux manifestants contre la loi travail en passant par les militants des quartiers populaires à la ZAD, osent s’organiser contre l’État, réclamer justice et affirmer leur Dignité.

Nous sommes tous concernés!

La campagne présidentielle ne va rien arranger. Au contraire. Presque chaque nouvelle déclaration est une insulte faite à nos combats, à nos préoccupations et à nos urgences.

  • Parce que nous ne nous soumettrons pas à l’arbitraire du pouvoir,
  • Parce que les mots « justice » et « dignité » ont encore un sens pour nous,
  • Parce que nous pensons qu’il est primordial de nous organiser, ensemble, pour lutter contre la guerre faite aux pauvres, aux migrants, aux descendants de colonisés,

Nous appelons tout-e-s celles et ceux qui se sentent concernés par ces sujets à nous rejoindre dans toutes les initiatives à venir (voir calendrier au bas de la page) et à participer très largement à la Marche pour la Justice et la Dignité qui aura lieu le dimanche 19 mars 2017 à Paris.Contre la hogra, contre l’humiliation, contre le racisme et les violences policières, contre les guerres lâches faites en notre nom contre des peuples qui ne nous ont rien fait.

Retrouvons espoir, force et unité pour faire bloc ensemble au nom de la Justice et de la Dignité.

Premières familles signataires :

Famille de Lahoucine Ait Omghar – Famille d’Amine Bentounsi – Famille de Hocine Bouras – Famille d’Abdoulaye Camara – Famille de Lamine Dieng – Famille de Wissam El Yamni – Famille d’Amadou Koumé – Famille de Mourad Touat – Famille d’Ali Ziri – Famille de Jean-Pierre Ferrara –

Avec le soutien de :

Comité Vérité et Justice pour Lamine Dieng – Comité Vérité et Justice pour Mamadou Marega – Comité Vérité et Justice pour Abou Bakari Tandia

Signatures collectives

Action-antifasciste Paris-Banlieue (AFA) – Alternative Libertaire (AL) – Association Black is really beautifulAssociation contre le racisme (ACOR, Suisse) – Association citoyenneté active (Chauny) – Association Égalité Toulouse Mirail – Association pour l’Intégration et l’Invention Républicaines (AIIR) – Association Femmes pluriellesAssociation KÂLÎAssociation de lutte contre l’islamophobie et les racismes (ALCIR 20eme) – Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Assemblée des Blessés, des Familles et des Collectifs contre les violences policièresBrigade Anti Négrophobie (BAN) – Bruxelles Panthères Candidatura d’Unitat Popular (CUP – Països Catalans) – Cedetim/Ipam – Centre d’études postcoloniales de Lyon – CGT-Culture Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration – Collectif décolonial lyonnais – Collectif enseignant pour l’abrogation de la loi de 2004 (CEAL) – Collectif James Baldwin – Collectif Parisien pour la Protection des Jeunes et Mineurs Isolés Étrangers (CPMJIE) – Collectif Ni Guerres ni état de guerre – Collectif 20ème solidaire avec les migrants – Comité contre les violences policières à Pantin – Convergence Citoyenne Ivryenne (CCI) – Coopérative écologie sociale – CRI Rouge – D’ailleurs nous sommes d’ici » 67 (DNSI)Emancipation Tendance intersyndicale – Fondation Frantz Fanon – Front antiraciste alsacien – FUIQP Saint Etienne) – Historical materialism (Toronto) – Identité plurielle – IJAN (Argentina) – IJAN International – LKP – London Campaign Against Police and State (Grande-Bretagne)Marche des Femmes pour la Dignité (MAFED) – Mwasi – Organisation Communiste Libertaire (Paris) – New socialists (Toronto) – Ontario Coalition Against Poverty – Nouveaux Cahiers du Socialisme (Montréal) – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Organisation de femmes Egalité – Paris Against Trump – Parti communiste des ouvriers de France (PCOF) – Plateforme de la voix des prisonniers – Parti des Indigènes de la République (PIR) – Pride de nuit – Réseau pour une gauche décoloniale – Le Seum collectif – Socialist Project (Toronto) – Sortir du colonialisme – Union Antiraciste et Populaire de Toulouse – (UAPU31) – Union des Démocrates Musulmans de France (UDMF) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Urgence Notre Police Assassine (UNPA)

Signatures individuelles : 

Hamé, du groupe La Rumeur (artiste) – Kery James (artiste) – Youssoupha (artiste) – Opal Tometi (co-fondatrice de Black Lives Matter et Executive Director of Black Alliance for Just Immigration-BAJI) – Eli Domota (LKP) –
 

Si vous êtes une organisation et que vous souhaitez signer cet appel, merci d’envoyer un mail à marche19mars@gmail.com

Vous pouvez aussi signer l’appel à titre individuel : https://www.change.org/p/france-fin-de-l-impunit%C3%A9-et-des-violences-d-%C3%A9tat?recruiter=655421927&utm_source=share_for_starters&utm_medium=copyLink

 

Calendrier (dates confirmées à ce jour) :

6 & 7 janvier 2017, à Clermont-Ferrand : Soirée-débat puis rassemblement pour Wissam El Yamni

4 mars 2017, Paris 10e : marche pour Amadou Koumé, mort dans un commissariat en 2015

6 au 10 mars 2017, Cour d’appel de Paris : procès en appel du policier qui a tué Amine Bentounsi d’une balle dans le dos en 2012.

19 mars 2017, Paris : Marche pour la Justice et la Dignité

17 juin 2017, Paris 20e :  marche pour Lamine Dieng, mort dans un fourgon de police en 2007