Maurizio Lazzarato: Misère de la sociologie- à propos de la norme du travail comme intermittence

Classé dans : Théories/analyses | 0
Ci-dessous deux articles écrit par Maurizio Lazzarato écrits à l'occasion
de la lutte des intermittents et précaires de l'été 2014, penseur impliqué
dans la revue Multitudes (Nous partageons ces textes sans vouloir nous
inscrire dans le courant de pensée que porte cette revue.). Vous pouvez
aussi retrouver ces textes sur le site CIP-IDF.

Ceux-ci sont tout à fait intéressants en ce qu'ils mettent l'accent sur la
refondation du concept de travail, opérée par la reprise en main
néolibérale des gouvernements occidentaux. Alors que certain-es promeuvent
une société du travail qui s'émancipe des hiérarchies, ou chacun-e se
réalise dans l'entreprise par la prise en compte de sa créativité, Lazzaro
montre que ce "rêve" libéral n'est que la mise en place de
l'auto-entrepreneuriat de soi-même. Nous vivons dans une société du travail
pour laquelle être au chômage n'est plus être sans emploi mais être
disponible pour l'emploi, une société donc où l'on ne cherche plus un
travail mais où nous cherchons à exercer notre employabilité. Bref, une
société du travail où chaque instant et chaque aspect de notre existence
doit être mobilisable pour l'emploi. Ainsi, au chômage ou à l'emploi,
chacun-e est toujours rendu à devoir justifier de son maintien dans
l'emploi - et à s'y réaliser dans la joie!

L'analyse portée sur les mouvements intermittents et précaires est donc
essentielle car c'est bien ce régime d’intermittence qui constitue la norme
nouvelle du travail. Le patronat à donc tout intérêt à détruire ce qui
auparavant était l'exception, l'intermittence, pour refonder le traitement
réservé à la classe des employé-es.

 

misere_de_la_sociologie_2_-2

misere_de_la_sociologie_ii_